Histoire de l’Étiopathie

L’Étiopathie est une thérapie manuelle de soins qui répond avec rapidité et efficacité au besoin immédiat de soulagement des patients. Le principe premier de l’Étiopathie est d’établir la cause des phénomènes pathologiques pour leur appliquer les techniques de thérapie manuelle les mieux adaptées.

histoire etiopathie

STÈLE D’ASKLÉPIOS
Musée du Pirée, Athènes

L’art de soigner remonte à la nuit des temps. D’Asklepios, (Dieu de la médecine), à Ambroise Paré, (rebouteur et chirurgien empirique, Père de la chirurgie moderne – 1509 – 1590), on trouve toujours la trace de ces techniques indispensables au bon maintien du corps dans sa fonctionnalité naturelle.

Le terme Étiopathie vient du grec aïtia, cause et pathos, ce qui affecte le corps. Le toucher est à l’origine même de l’acte thérapeutique, il a été le premier geste instinctif et empirique exercé sur un être vivant pour éradiquer le mal. L’Étiopathie s’inspire à la fois de l’empirisme des techniques ancestrales du reboutement mais aussi de l’approche systémique du fonctionnement du corps humain.

L’Étiopathie est ainsi l’héritière de l’art des rebouteux qui n’ont cessé de transmettre leur savoir-faire pour réparer les accidents articulaires, du dos, de la circulation sanguine, tous ces maux qui “empoisonnent” notre vie quotidienne. Hommes des campagnes, ils étaient les médecins du monde du travail et n’étaient pas jugés sur des principes mais sur la seule efficacité immédiate.

 

BIOGRAPHIE DE CHRISTIAN TRÉDANIEL, FONDATEUR DE L’ÉTIOPATHIE (1934-2011)

Christian TREDANIEL

Christian TRÉDANIEL
Fondateur de l’Étiopathie

Son parcours médical personnel lui permet de rencontrer André de Sambucy, pionnier de la médecine manuelle en France, dont il deviendra l’assistant. Il perfectionnera aux États-Unis sa connaissance des techniques manuelles plus avancées qu’en Europe.

De retour en France, où la médecine manuelle n’était représentée que par les rebouteux des villes et des campagnes, il profitera de la période naissante des recherches interdisciplinaires pour axer sa réflexion sur la compréhension des phénomènes pathologiques et leurs procédés thérapeutiques manuels. Pour sa méthode, il créera et déposera le terme « Étiopathie » en 1963.

Fidèle à Descartes, Christian Trédaniel n’abandonne pas le raisonnement analytique des phénomènes locaux, nécessaire à l’observation des faits, mais utilise une nouvelle manière d’ordonner les informations recueillies par l’observation et l’expérience. Il conceptualise le vivant comme un ensemble de systèmes en interaction.

Dès 1978, il publie la première édition de ses « Principes Fondamentaux pour une Médecine Étiopathique » et très vite met en place l’enseignement de sa méthode avec la création de quatre facultés d’Étiopathie. La première à Paris (1979), Rennes (1986), Toulouse (1998) puis Lyon en 2004.

Source : www.etiopathie.com